Déclaration

Retour à la page d'accueil

15 février 2019

Beaucoup d’encre a coulé en ce qui a trait à l’organisation des Jeux de la Francophonie à Moncton et Dieppe. Avec l’annulation des Jeux officialisée et le processus de dissolution maintenant entamé, nous, membres du conseil d’administration du Comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie 2021 (CNJF), tenions à clarifier certaines informations qui ont circulé au cours des derniers mois.

Nous, membres bénévoles du conseil d’administration du CNJF, n’avons pas été impliqués dans le dépôt de la candidature du gouvernement du Nouveau-Brunswick en 2015.

Suite à l’octroi des Jeux au Nouveau-Brunswick, la province a créé le Comité national des Jeux en avril 2017. Les bailleurs de fonds (le gouvernement du Nouveau-Brunswick, le gouvernement du Canada et les villes de Moncton et Dieppe) ont nommé des membres bénévoles au conseil d’administration du CNJF en 2017 et 2018. Des fonctionnaires du gouvernement provincial, du gouvernement fédéral et des deux municipalités ont été présents, à titre de membres observateurs, à nos réunions du conseil d’administration.

Une de nos premières tâches a été de donner un mandat à la direction générale des Jeux pour l’élaboration d’un plan d’affaires et le développement d’une série d’outils et de politiques nécessaires à l’organisation de l’événement. Une fois le plan d’affaires complété, notre rôle a été d’informer les divers paliers gouvernementaux qu’il était irréaliste d’organiser des Jeux d’une telle envergure et de répondre aux exigences requises avec un budget de 17 millions.

Le plan d’affaires, préparé par le CNJF avec l’appui d’experts en organisation d’événements internationaux similaires, constituait un outil de travail pour entamer les négociations entre les divers paliers de gouvernement et non un budget fixe. Le document présentait diverses options se chiffrant entre 118 millions et 130 millions. Ce montant initial comprenait des contributions financières de 75 millions, des contributions non monétaires des différents partenaires de 19 millions et incluait également des investissements en infrastructure se chiffrant entre 24 et 36 millions.

Le 30 mars 2018, ce plan d’affaires a été soumis officiellement aux gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Canada. Au cours des mois qui ont suivi, une série de présentations au sujet du plan d’affaires ont été faites à des ministres et des fonctionnaires du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial ainsi qu’à des fonctionnaires des deux municipalités.

Selon le processus normal du gouvernement fédéral, tout plan d’affaires déposé doit être évalué par des experts indépendants. Pour réaliser cette tâche, le gouvernement fédéral a retenu les services de la firme MNP, un cabinet comptable et de services-conseils aux entreprises, qui s’est adjoint un expert-conseil en événements multisports au niveau international. Dans son rapport déposé en septembre 2018 au gouvernement fédéral et au gouvernement du Nouveau-Brunswick, les experts ont confirmé que « le plan d’affaires élaboré par le CNJF est rigoureux et complet. MNP n’a pas décelé d’erreurs ou d’omissions majeurs dans les estimations. » Ce rapport devait complémenter le plan d’affaires afin de guider les négociations entre les différents partenaires financiers et servir à identifier le financement qui serait octroyé aux Jeux.

En janvier 2019, le CNJF a remis une version révisée à la baisse de sa proposition financière du plan d’affaires aux différents bailleurs de fonds. Cette proposition, qui comprenait des retombées moins importantes en matière de legs, se chiffrait à 62 millions en contributions financières des gouvernements et municipalités ; 15 millions en contributions non monétaires des partenaires ; et 14 millions en projets possibles d’infrastructures. Afin de réduire le montant de 118 millions à 91 millions, il a été nécessaire, entre autres, d’éliminer le sport de démonstration (tennis), de réduire le nombre de participants et participantes, de réduire la couverture médiatique et d’éliminer certaines infrastructures.

Également à la fin janvier, une lettre a été adressée aux premiers ministres du Canada et du Nouveau-Brunswick pour inciter leur gouvernement respectif à négocier. Le 30 janvier, le premier ministre du Nouveau-Brunswick a annoncé le retrait de la province à titre de gouvernement hôte des Jeux de la Francophonie 2021, ne parvenant pas à trouver un terrain d’entente avec le gouvernement fédéral pour le financement des Jeux.

Entre le dépôt du plan d’affaires en mars 2018 et l’annonce du retrait de la province des Jeux en janvier 2019, le CNJF n’a participé à aucune négociation où l’ensemble des bailleurs de fonds étaient présents autour d’une même table, puisque ceci n’était pas notre rôle.

Le CNJF a, dès le début du projet, cru que l’accueil des Jeux de la Francophonie pouvait engendrer des retombées considérables pour la province et les municipalités hôtesses. Que ce soit en matière de legs en infrastructures, de développement des athlètes et des artistes, de développement des compétences locales, d’immigration, de recrutement d’étudiants et d’étudiantes, de partenariats dans le secteur des affaires, de croissance du tourisme ou pour consolider la place du Nouveau-Brunswick sur la scène internationale, cet événement représentait une occasion unique pour investir dans l’avenir de notre province. De plus, puisque les Jeux ne sont pas uniquement pour les francophones, ils constituaient une belle occasion de rapprochement entre les communautés linguistiques de la province.

Nous tenons à réitérer que nous, membres du conseil d’administration, et les employés du CNJF ont déployé tous les efforts possibles et ont travaillé avec acharnement afin de planifier et organiser la plus grande manifestation sportive et culturelle jamais organisée dans les provinces atlantiques. Malgré ce rendez-vous manqué, nous désirons souligner l’énorme contribution et l’engagement des nombreux partenaires, d’organismes sportifs, culturels et communautaires et d’individus qui partageaient le rêve de voir cet événement faire rayonner les deux municipalités, la province du Nouveau-Brunswick et le Canada sur la scène internationale.

Le conseil d’administration

Comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie 2021